jeudi 10 juin 2021

Au sommaire de Ferrovissime n°112 - juillet/août 2021

 



c/J.Porcher

c/D.Waligora

c/E. Hospital












Histoire au présent

4 _ Grand retour pour deux locomotives historiques : CC 6549 et BB 25188

5 _ Nouvelle livrée et mutation lointaine pour des pointus : Thalys et X 72500

6 _ Le Napoléon Express prêt pour le service entre Lambel-Camors et Pontivy

7 _ Le Train Bleu de retour sur la Côte d’Azur

8 _ Le TGV 325 revient à Montparnasse

9 _ Passage de témoin en couleurs : BB 67424 et 75300

10_Renaissance de l’X 2426 prévue aux Hôpitaux-Neufs

11 -MÉDIATHÈQUE Livres, revues, DVD

Montez à bord

12 _ TRÉSORS D’ARCHIVES
Les trains vapeur des houillères du nord de la France : des rames à portières latérales du XIXe siècle forment les omnibus ouvriers jusqu’en 1963

20 _COMMENT ÇA MARCHE
Les mesures « fortes chaleurs »

22 _ STARS DU RAIL

2 février 1971 : la 2D2 5525 vient au secours du TEE Capitole









c/J. Porcher

c/J.H.Renaud/Coll.R.Thévenin




LES PORTRAITS DU RAIL

232 R, 232 S, 232 U, fin de service des Hudson il y a 60 ans

Le monde des cheminots

49_ CŒUR DE MÉTIER
Les postes de permanent « diesel »
et « lignes annexes » au PC de Montpellier

53_GARES ET INSTALLATIONS
De Pantin à Noisy, pointes de trafic marchandisessur les EP de la rive sud du canal de l’Ourcq

61 _ MATÉRIEL ROULANT D’HIER
Le Latil TL, pousse-wagons made in France

66_À l’intérieur des voitures OCEM, les couleurs d’origine jusqu’en 1939

70 DES TRAINS SOUS LA LOUPE

L’express BV/VB, le « train des eaux auvergnat »: des Pacific aux BB 67400 en passant par les 4-141 F et les 68000



c/E. Hospital

c/E. Hospital

Un train spécial avec électriques et diesel historiques


La CC 6549 en cours de restauration par l'APMFS (c/APMFS)

Les Chemins de fer du Creusot est l'association qui gère la 241 P 17, actuellement en cours de grande révision avec de nombreux travaux à la clé. La grosse 2 P repartira en 2022. Mais en attendant, ce sont des locomotives électriques et diesel qui vont assurer un train spécial mis en marche le 29 août 2021. 
Le train partira en gare du Creusot à destination d'Aix-les-Bains et Chambéry. La rame sera tractée par la locomotive diesel A1A A1A 68540 de l’association de la 141R840 jusqu’à Ambérieu. Un relais traction sera alors assuré avec deux locomotives électriques les CC 6549 et BB 25188  appartenant à l’association APMFS.
Plus d'information à l'adresse : contact@241p17.com


L'association 141 R 840 a pris soin de redonner la couleur bleue d'origine à sa 68540 qui avait terminé en livrée Fret. (c/J.G.Ampeau)



vendredi 4 juin 2021

Un pousse-wagon : une idée en modélisme ?

c/ Dominique Paris

 

Le sommaire du prochain numéro de Ferrovissime sera dévoilé dans les prochains jours. L'un des articles concerne l'histoire du pousse-wagons Latil TL, ses différentes formes et son évolution. 

Une firme modéliste commercialisera prochainement cet engin en H0 et en N. Or, si certains Latil TL étaient rails-route - voir "rails tout court" ! -, bon nombre circulaient sur chaussée routière tout en tractant ou poussant leur(s) wagon(s), comme on peut l'observer sur la photo ci-dessus. 

Voilà qui donnera peut-être l'idée, à des modélistes ingénieux, de conjuguer une voie à gorge sur chaussée routière (ou cour d'usine) avec le Car-System Faller ?

Jehan-Hubert Lavie

mardi 1 juin 2021

Un vote pour faire revivre la crémaillère du Revard en Savoie

(c/DR)





Voulez-vous voir revivre le train à crémaillère qui reliait Aix-les-Bains au Mont Revard ? Alpes Anim’ Action (AAA) a pour vocation de concrétiser la volonté des citoyens de s’impliquer dans le dynamisme économique, touristique et écologique de leur territoire, au travers d’un premier projet : "La réhabilitation du train à crémaillère du Mont Revard" en Savoie.

 
Afin de mesurer concrètement l'étendue de la population qui serait prête à soutenir ce projet et investir dans cet équipement, AAA a décidé de lancer une campagne de vote préalablement à une levée de fonds, en partenariat avec la plateforme de financement participatif MCC Invest.
A l'issue de cette période de vote, Alpes Anim' Action décidera ou non de poursuivre la réalisation de ce projet.

 Le but premier du projet est de réduire la pollution induit par le trafic routier dans ce territoire montagnard fragile. 

Actuellement, pour monter au Revard, on utilise la voiture. Or, le trafic automobile de 1 217 voitures / jour (soit 444 205 voitures / an) en 2019, en constante augmentation rejette plus de 1 000 tonnes de CO2/ an.
(Source : trafic routier sur RD913 – Département de Savoie.)
On peut aussi emprunter le bus qui n'offre que 1 ou 2 allers-retours maximum par jour. Coût du ticket aller / retour = 8€. Durée du trajet Aix-les-Bains - Revard : 50 min.
(Source : site web Savoie Grand Revard.)

Quel train à crémaillère pour l'avenir ?

Le nouveau train à crémaillère du Revard, qui utilisera trois rames automotrices modernes, permettra une réduction significative du trafic routier car il proposera, à une fréquence de 30 à 60 minutes suivant saisons, une alternative de transport "propre" pour accéder au plateau du Revard en 30 minutes environ, tant pour la population locale que pour les touristes.
Ses caractéristiques : 
• reprise du tracé historique : longueur 9,5 km ;
• emprise sur le domaine public en grande partie ;
• le tracé historique comprend un viaduc et deux tunnels qui peuvent être réutilisés ;
• fonctionnement toute l'année ;
• alimentation électrique : énergie verte, études en cours ;
• vitesse maximale : 30 km/h.

Pour voter, il suffit d'aller sur le site : 
https://www.ma-compensation-citoyenne.com/fr/projects/train-cremaillere-Revard-Savoie/mpages/8691
Vous devez ensuite simplement cliquer sur le bouton "VOTER" et vous inscrire.

La crémaillère du Revard d'autrefois, en bref



Image d'une locomotive à vapeur à crémaillère. Celle-ci est préservée par le CF du Montenvers . (c/J.H. Lavie)




Mise en service en 1892, la Crémaillère du Revard a été un chemin de fer très célèbre. Remplacée par un téléphérique, son trafic voyageurs cesse en 1935, mais le transports de bagages continue jusqu'en 1937. 
Sept locomotives 021 T SLM Winterthur assurent le service. Le parc d'origine comprend également dix voitures à bogies, trois wagons plats. Un chasse-neige arrive en 1909 puis une puissante 031 T SLM Winterthur renforce l'effectif en 1929.

En 2013, l’association « Tourisme et Culture Autour de la Crémaillère » restaure la gare de Mouxy, dernier vestige des trois haltes de la ligne. Elle installe également quelques mètres de rails à crémaillère métrique, sur lesquels est déposée une locomotive du chemin de fer du Montenvers qui rappelle celles du Revard.  En 2020, l'association termine la reconstruction d'une voiture voyageurs.



La locomotive à vapeur à crémaillère n°8 exposée par le CF du Montenvers. Une machine similaire est actuellement présentée au Revard. (c/J.H. Lavie)
 


mardi 25 mai 2021

Téléchargez votre fond d'écran Ferrovissime pour juin 2021 !




Votre fond d'écran Ferrovissime pour juin 2021 vous attend d'ores et déjà sur notre page Fond d'écran à télécharger.
Tous les mois, vous retrouverez sur cette page un nouveau fond d'écran à télécharger !

Téléchargez votre fond d'écran >

jeudi 20 mai 2021

Le hors-série n°15 est sorti de presse !

LE RETOUR DES TRAINS DE NUIT, C'EST AUSSI CHEZ LR PRESSE 


avec 50 ANS DE TRAINS DE NUIT DANS FERROVISSIME HS 15 ! 













 

lundi 17 mai 2021

Un premier autorail pour le touristique Pontivy/ Lambel-Camors

 


Dans le post précédent titré "Quel avenir pour la verte vallée?", nous vous avions parlé d'un train touristique qui pourrait circuler cet été entre Pontivy et Lambel-Camors. 

Aujourd'hui 17 mai, un X 2800 du CFCB (Chemin de Fer du Centre Bretagne) a quitté Loudéac par la route en direction de sa future affectation touristique. 

Photo : Jehan-Hubert Lavie

jeudi 6 mai 2021

Quel avenir pour la "Verte vallée"?


 



"Qu'elle est verte ma vallée!" est l'un des fils les plus actifs du forum Ferrovissime. Des amateurs locaux le font vivre au rythme de l'évolution de cette ligne qui relie Auray à Pontivy. Une évolution qui a suivi celle du transport des marchandises - devenu fret - à la SNCF. Il est loin le temps où les diesel bleus - 66000, 66400, 67000, 67300, 67400 - remorquaient les deux allers-retours quotidiens, sans parler des trains entiers (qui s'appelaient alors "trains complets") : céréales notamment pour Unicopa à Baud ou Glon à Pontivy, engrais pour les coopératives, etc. A l'expédition, Pontivy voyait même des wagons blancs en régime Interfrigo sous température contrôlée (mais à l'époque, on disait "température dirigée") à destination de l'Italie ! 
Actuellement, plus de trace de Fret SNCF. Après ECR et Colas-Rail, c'est l'entreprise Millet qui achemine des trains de céréales livrés sur des installations terminales embranchées au-delà de Pontivy, sur l'ancienne voie aujourd'hui neutralisée qui montait à Saint-Brieuc. 











Les trains ne circulent que certains jours de la semaine, en provenance de Tours ou de Chartres. La traction est confiée généralement à des UM de locomotives G 1206 gérées par Millet-Rail. 





Millet Rail fait également appel à une grosse CC Class 66 en solo... 


Je ne connais pas l'auteur du titre du fil "Qu'elle est verte ma vallée", mais ce titre est fort pertinent ! Observez les photos...
Si, à l'Est d'une ligne qui va de Fougères à Clisson, on considère souvent le centre de la Bretagne comme une diagonale du vide toute plate, pauvre et sans intérêt, il est clair que les paysages traversés par la ligne Auray/ Pontivy offre une toute autre image de cette Bretagne de l'Argoat : la forêt de Camors, puis la Vallée du Blavet, que la voie unique (établie sur une plate-forme prévue pour la double voie) suit de Baud à Pontivy, n'ont rien à envier aux régions les plus touristiques de l'Hexagone !






 
Sur cette ligne fret, il y a belle lurette que le service ferroviaire voyageurs a disparu. Jusqu'à la mise en place des autocars TER Vannes/ Pontivy, le service SNCF voyageurs Auray/ Pontivy (sur les vieux Chaix, tableau 364, deux AR quotidiens) a été confié à des cars SNCF (des Saviem S53 de plusieurs générations successives) appartenant à la SCETA (filiale SNCF). Dans les années 1960, il y eût toutefois au moins un "remplacement d'autocar" pour cause de verglas assuré en locomotive à vapeur 3-141 C (MECRU Le Floch, CFRU ???) remorquant une unique B6tf (munie du frein à vis). 


A partir de 2003, l'association PARB'ER a mis en marche des circulations touristiques périodiques en faisant appel aux autorails X 4500 et X 2100 (avec XR 6000) de TER Bretagne. Ces trains touristiques n'ont pas survécu à des difficultés diverses.
Mais aujourd'hui, la presse régionale - Ouest-France et le Télégramme - a publié plusieurs articles annonçant le retour d'un train touristique assuré, cette fois, à l'aide d'autorails "historiques". 







Il faut dire que, par rapport à d'innombrables petites lignes rurales, Pontivy a eu la chance de pouvoir compter sur l'action patrimoniale efficace de passionnés. 
Il y a déjà quelques années qu'un cheminot retraité ferroviphile a restauré à l'identique le bâtiment de la gare de Lambel-Camors. 




Plus récemment, un modéliste ferroviaire passionné n'a pas hésité à sauver le bâtiment voyageurs de la gare de Pontivy. La photo ci-dessus montre l'état des travaux il y a un an. 
Ces deux gares pourraient être l'origine et le terminus du futur service touristique. 




Mais entre Pontivy et Lambel-Camors, il y a Baud, dont le BV, encore habité il n'y a pas si longtemps, est actuellement dans un triste état. Dommage pour cet élément intéressant du patrimoine ferroviaire... Mais la "verte Vallée" n'a sans doute pas fini de nous réserver des bonnes surprises ! 

Texte et photos : Jehan-Hubert Lavie