mercredi 5 janvier 2022

Une gare pour trois écartements


 

CFF à gauche, MOB à droite... Nous sommes à Montreux. Commune suisse du Canton de Vaud située au bord du Lac Léman dans le District de la Riviera-Pays-d'Enhaut. Sa gare a la particularité de recevoir des trains de trois écartements : voie normale, voie métrique et voie étroite.

L'idée de ce post est née alors que je consultais le forum de Ferrovissime :  http://forum.e-train.fr/ 

 Jeudi 15 décembre, un intervenant lançait un appel pour obtenir des documents sur des gares à plusieurs écartements - trois de préférence ! Parmi les réponses obtenues figurent Montreux. Mais un forumiste fait alors remarqué qu'à Montreux, les trains de plusieurs écartements cohabitent sans s'entrecroiser. Ce qui est parfaitement exact. Reste à estimer si des gares où voie normale et voie métrique s'entrecroisaient autrefois, comme nous en avons connu en Bretagne (Morlaix, Loudéac, Châteaulun-Embranchement, etc. ) seraient encore compatibles avec les règles actuelles de circulation. Souvenons-nous des voies transversales avec petites plaques tournantes permettant d'amener les wagons métriques dans les différents chantiers d'une gare : en France comme partout en Europe, ce genre d'installations ont disparu au profit de plans de voies où les différents écartements cohabitent. 

Donc, voyons Montreux aujourd'hui, en partant de la voie la plus éloignée du BV.




La voie la plus éloignée, c'est celle du quai du Chemin de fer des Rochers de Naye, une voie étroite à l'écartement de 800 mm électrifiée en courant continu 900 V longue de 10,3 km. Avec sa déclivité maximale de 220 °/°°, elle est équipée d'une crémaillère système Abt. 

Le Chemin de fer Montreux-Glion-Rochers de Naye (MTGN) est aujourd'hui une ligne des MVR (transports Montreux-Vevey Riviera), reliant la ville de Montreux aux Rochers de Naye (2042 m d'altitude), magnifique balcon surplombant le Lac Léman. 

Sur la photo, l'automotrice Beh 4/8 303, en attente de départ, reçoit de nombreux passagers. Notez son panto unijambiste et le gros attelage automatique : il s'agit bien d'une "grosse" voie étroite ! Le réseau exploite cinq automotrices de ce type (Beh 301 à 305), épaulées par trois autres unités plus anciennes (Beh 2/4 203 + 204 + 207).


Mais sur cette voie étroite, mon engin préféré, le voici, qu'on croirait tout droit sorti d'un catalogue Egger-Bahn des années 1960 : c'est le Hem 12 (il a un frère Hem 11) qui ne manquera pas de faire craquer tous les lecteurs du magazine Voie Libre. Notez la porte d'accès à la cabine montée sur la face frontale ! 


Le faisceau de voies suivant est à l'écartement métrique. C'est celui du Montreux-Oberland-Bernois (MOB), un chemin de fer très célèbre qui relie Montreux à Zweisimmen et Lenk im Simmental dans l'Oberland bernois. Le parcours est magnifique sans pour autant dépasser les 1275 m d'altitude au col de Saanenmöser avec des rampes maximales de 70 °/°°. Le MOB bénéficie d'une gestion commune avec les Transports Montreux-Vevey-Riviera (MVR) sous le logo unique GoldenPass Services. 




Mis en service à partir de 1901, le MOB, électrifié en 1000 V courant continu, a une longueur de 75 km. Pas de crémaillère sur sa voie unique. Mais sa sortie de la gare de Montreux fait l'objet d'une rampe sévère : l'expression "le train décolle" est ici bien venue ! 



Très fréquenté par le tourisme, le MOB utilise pour composer ses trains des matériels renommés pour leur confort et leur esthétique. Que la livrée du réseau fasse penser à celle des Pullman de la CIWL n'est pas un hasard, mais une volonté marketing bien pensée ! 

Voyez, par exemple, la spectaculaire voiture-pilote panoramique Arst 151 du Crystal Panoramic, construite (avec l'Arst 152)) en 1993 par Breda/SIG. Au départ de Montreux, la 151 a son salon panoramique de 1re classe orienté côté Zweisimmen. L'intégralité du pare-brise est offerte à la vision des 36 voyageurs qui peuvent profiter ainsi de splendides points de vue. L'agent de conduite, en réversibilité, est placé dans le petit kiosque monté sur le pavillon de l'engin.  





Les voitures de 2e classe, qui suivent, bénéficient d'impostes, en lisière du pavillon, qui permettent une vision panoramique latérale. Toute la rame est reliée par des soufflets. La Bs 251, qui se trouve au premier plan, est l'ancienne voiture-salon de 1re classe As 153 construite par Breda en 1993, aujourd'hui déclassée pour offrir 48 places de 2e classe. 



Au départ de Montreux, c'est en queue que se trouve l'engin moteur qui pousse la rame réversible du Crystal Panoramic.  Cette ABe 4/4 9303 est une Stadler Alpina.




La 9303, que nous venons de voir poussant le Crystal, appartient à la série 9301 à 9304; la série la plus récente d'automotrices du MOB, mise en service en 2016/17. Affectées à la traction et à la pousse de rames réversibles, elles ne comportent qu'une seule cabine de conduite tournée côté Montreux. 
C'est ainsi qu'un moment plus tard, nous avons eu la surprise de voir sa sœur l'ABe 4/4 9301 évoluée seule en gare en vue de former une rame. A l'opposée du côté cabine, le soufflet d'intercirculation est replié comme il se doit et le dossier arrière ne comporte ni phare ni signal de queue.
Côté arrière, on remarque aussi la marque commerciale  GoldenPass et, au-dessus du blason de Montbovon, l'indication "Société d'intérêt villageois", un intitulé sympathique qu'on ne peut lire qu'en Suisse !



Les ABe 4/4 9300 n'assurent pas que les prestigieuses relations panoramiques. Vous voyez ici une rame ordinaire au départ de Montreux. En haut, on observe la 9304 à l'arrière de la rame. Toutes les 9300 comportant une cabine tournée vers Montreux, il a fallu immatriculer les quatre automotrices Alpina Stadler dont la cabine est tournée vers Zweisimmen dans la série 9200 - sur la photo du bas, c'est la 9203, en tous points identiques à une 9300.



Le faisceau métrique de la gare de Montreux reçoit et expédie également les trains des Transports Montreux-Vevey-Riviera (MVR) sous gestion GoldenPass Services comme le MOB. La belle livrée du matériel est identique. 

Ici, l'ABeh 2/6 7504 qui appartient à la série de Stadler Surf 7501 à 7508 livrée en 2016/17. C'est un matériel à plancher partiellement bas. Assurant des relations locales, on notera cependant que ces automotrices comportent les deux classes, la 1re étant dûment signalée par la bande jaune stipulée en 1958 par l'UIC mais qui semble avoir disparu sur les faces frontales des matériels ailleurs qu'en Suisse. 

Les ABeh 2/6 7500 sont des automotrices triples à composition indéformables : deux caisses voyageurs encadrent une petite caisse centrale aveugles dans laquelle sont concentrés les appareillages à la manière des Z 151 et 152 construites par Stadler pour notre Train Jaune. 







Et nous arrivons au faisceau de voies le plus proche du BV dédié à la voie normale. Sur la rive suisse du Léman, le trafic est intense et dans chaque sens, les trains se succèdent à une cadence qui laisse peu de répit au photographe ferroviaire. Mais ici, on aime les trains : un agent d'escale m'encourage entre deux circulations ! 

La plupart des rames CFF sont réversibles. Sur la photo du haut, cette génération de rames voyageurs correspond à peu près à nos Corail. Elles sont tirées/poussées par la fameuse série 460, de très belles machines que les CFF avaient fait dessiner par Pinifarina, le carrossier des Ferrari ! 


Mais si vous préférez des machines plus patrimoniales, sachez qu'en 2021, il était encore possible de photographier des Re 4/4 II, devenues série 420, machines apparues en 1964, aujourd'hui attribuées à CFF Cargo. 




Et comme ces voies normales sont en open access, on y voit, bien sûr, des trains autres que ceux des CFF. Par exemple ce train de fret emmené par la 185 107-0 de l'opérateur allemand DB Cargo. 

Donc, si la gare de Montreux comporte trois écartements de voies, le nombre d'opérateurs ferroviaires qui la dessert est bien plus important !

Teste et photos : Jehan-Hubert Lavie














mardi 4 janvier 2022

CONFORT À L'ALLEMANDE SUR LES 1-040 D

photo o/D. Crépin

 


Denis Crépin est un fidèle lecteur de Ferrovissime et amateur des 040 D qu'il a connues puisque c'est lui qui est photographié,  en août 1959, sur la 1-040 D 330 du dépôt d'Epinal alors garée froide à Charmes. C'est cette machine qui, avec d'autres locomotives de la série, a été louée en avril 1961, aux Chemins de Fer Economiques pour leurs lignes affermées.

Ce qui est marquant, sur cette photo, c'est d'observer la position partiellement baissée de la vitre de la fenêtre située à l'arrière de la cabine. Un vitre descendante ? Oui, cela existait sur certaines machines à vapeur allemandes ! 

vendredi 31 décembre 2021

BONNE ANNEE

Photographiée à Bolquère-Eyne sous la neige, la Z 115 dessert la gare la plus haute du Réseau Ferré National (altitude : 1592 m). (c/ J.H. LAVIE)

 


Toute l'équipe de Ferrovissime vous présente ses meilleurs vœux de bonheur et surtout de bonne santé pour l'année 2022.

mardi 28 décembre 2021

Téléchargez votre fond d'écran Ferrovissime pour janvier 2022 !




La rédaction de Ferrovissime vous présente ses meilleurs voeux pour 2022 ! 

Votre fond d'écran Ferrovissime pour janvier 2022 vous attend d'ores et déjà sur notre page Fond d'écran à télécharger.
Tous les mois, vous retrouverez sur cette page un nouveau fond d'écran à télécharger !

Téléchargez votre fond d'écran >

dimanche 26 décembre 2021

Sylvain Zalkind, fondateur du COPEF, nous a quitté

(photo : JM Guétat)

Sylvain ZALKIND est décédé à l'âge de 90 ans le 22 décembre 2021, alors qu’il se rendait à la gare de Lyon pour prendre le train.

 

Ayant fait toute sa carrière à la SNCF, il était un défenseur infatigable du train et des transports urbains. Particulièrement agréable à fréquenter, il avait une connaissance incroyable du monde ferroviaire et du transport urbain et comptait un grand nombre d’amis en France et en Europe.

 

Il avait fondé le GETUM (Groupement pour l'Etude des Transports Urbains Modernes) en 1967, avec pour axe principal la promotion du tramway moderne, rassemblant dans le GETUM notamment des ingénieurs de la RATP et de différentes entreprises de transport urbain. La revue du GETUM et les nombreux voyages d’étude organisés sur des réseaux français et européens avaient pour but de sensibiliser les décideurs, élus et techniciens, sur ce que pouvait apporter un bon réseau de transport public articulé autour de lignes de tramways.  Son action participera à un renouveau du tramway en France, dans une proportion que lui-même n’avait pas osé imaginer.


Il avait également fondé le COPEF et organisait encore de nombreux déplacement à but d’informations techniques, et notamment la visite de chaque salon Innotrans à Berlin.

 

Avec le COPEF, il avait organisé en 1973 le dernier train SNCF d’une 241P, en faisant remettre en feu la 241P 9 entre Le Mans et Mézidon et avait réussi à mobiliser une rame de voitures DEV Inox pour l’occasion.

 

Jusqu'au bout, Sylvain ZALKIND est resté actif et passionné.

 

C’est un grand, mais modeste, serviteur du rail et des transports public qui vient de nous quitter.

jeudi 9 décembre 2021

Une longue voie métrique qui longe l'Atlantique (partie 2)



Dernier coup d'œil à la voie métrique des Asturies dans la nouvelle gare du port de Gijón. Gare moderne en impasse recevant voie métrique (à gauche, ici, avec une 3600) et voie large (à droite)





Une longue voie métrique qui longe l'Atlantique (partie 1)


 Le 6 novembre 2021, en vous présentant la ligne de Collanzo, je vous ai parlé de cet immense réseau à voie métrique espagnol assez peu connu en France : les FEVE (Ferrocarriles Españoles de Via Estrecha) rattachés depuis 2013 à l’opérateur RENFE et au gestionnaire d’infrastructures ADIF. 

Il est clair que la ligne Baiña/ Collanzo, c’est l’arbre qui cache le forêt : elle n’est absolument pas représentative des lignes principales des FEVE qui font largement appel à la traction électrique. En fait, j’avais choisi cette première prise de contact à l’attention des modélistes, car la ligne de Collanzo est une exemple parfait à reproduire à l’échelle réduite. Mais aujourd’hui, entrons dans le vif du sujet. Et pour cela, transportons-nous à l’extrême ouest de l’Espagne, en Galice et plus précisément, à Ferrol, un port important sur l’Atlantique. 








Au sommaire du n° 115 de Ferrovissime (janvier/février 2022)


 Ce numéro sera en kiosque le 23 décembre 2021.




page 003 SOMMAIRE FME 115


Histoire au présent

4 _ Les BB 15000 ne verront plus « leur » Normandie

5 _ RITA ou Rénovation Inoui RGV Atlantique

6 _ La livrée ZOU ! en voie métrique aussi

7 _ Une Brissonneau des charbonnages restaurée par le CMCF

8 _ Trois Soulé fidèles au poste en Balagne

9 _ Les Primas fêtent leurs 20 ans 

10_ le retour d’une 140 C sur le RFN

11 -MÉDIATHÈQUE Livres, revues, DVD

Montez à bord

12 _ TRÉSORS DARCHIVES
De Lyon-Perrache à Paris-Gare de Lyon via Paray-le-Monial

20 _COMMENT ÇA MARCHE
La protection contre le givre 

22  _ STARS DU RAIL

Des CC 6500 à 200 km/h sur le Sud-Ouest










LES PORTRAITS DU RAIL

30 - Les 040 D de l’Est et du Nord

Le monde des cheminots

51_ CŒUR DE MÉTIER
1946-1956 : la spectaculaire mutation du transport des vins

60_GARES ET INSTALLATIONS
Les dépôts vapeur de Nantes, des origines à 1960

68 _ MATÉRIEL ROULANT DHIER
Le chasse-neige CNS et les BB 66000 à socs

74 DES TRAINS SOUS LA LOUPE

De Paris à Dunkerque dans le Night Ferry