Soutenez dès maintenant TRAINSMANIA 2018 !

dimanche 20 mars 2016

Escapade suisse pour le Palpeur de tunnels



(c/Claude Bernard Rossinelli)
Fidèle lecteur suisse de Ferrovissime, Claude-Bernard Rossinelli nous raconte une escapade helvétique du Palpeur de tunnel, qui fait l'objet d'une étude dans Ferrovissime n°80 actuellement en kiosque. Ce jour-là, le Palpeur n°2 était venu relever les profils des tunnels de la ligne frontalière reliant Besançon au Locle. Mais le Locle n'avait plus son pont-tournant et il a fallu faire appel au voisin suisse. Ecoutons-le :

"Après avoir achevé ses relevés, le Palpeur n° 2 est venu "tourner" sur le pont tournant de 18 m. de la Chaux-de-Fonds (CH), puisque celui de 23 m. du Locle-Ville venait d'être démoli quelques mois auparavant.
Chaque fois que je devais me rendre en ville pour mon employeur de l'époque, j'avais la "manie" d'effectuer un détour par une rue qui surplombe la gare de la Chaux-de-Fonds afin de me rendre compte s'il se passait par le plus pur des hasards quelque chose de particulier.
Ce jour-là qu'elle ne fut pas ma surprise de découvrir cette courte composition exceptionnelle : L'Y 6231, l'appareil Castan N° 2 et une voiture d'accompagnement. Je ne sais pas si l'Y 6231 était attribué à demeure au convoi ou s'il s'agissait du tracteur de Morteau ?.
Après avoir été chercher en catastrophe mon appareil de photos chez moi, j'ai pu réaliser les trois vues présentées ici.
Le convoi avait relevé le profil des différents tunnels de la ligne de Besançon au Locle et plus particulièrement ce jour, le tronçon entre Morteau et le Locle-Col-des-Roches, avec dans le lot le tunnel-frontière de 465 m. qui, je l'ai appris un peu plus tard, présentait déjà à cette époque plusieurs déformations du radier dues aux innombrables infiltrations d'eau. En 1998, ce fut encore plus grave puisqu'un autorail XABD 2800 y a laissé une bonne partie du bas de caisse et plus  d'un mois d'interruption de trafic entre Morteau et le Locle-Ville pour réfection des dégâts.
Rien d'étonnant à cela puisque nous nous trouvons dans la Chaîne Jurassienne avec de la roche calcaire bien spongieuse et des sources à foison.
Le convoi avait pu monter jusqu'au Locle-Ville, terminus à cette époque de l'exploitation par autorails en provenance de Besançon, puis ce fut un pilote CFF qui conseilla le mécanicien SNCF qui n'avait pas la connaissance de la signalisation suisse.
J'ignore si, lors du retour, le Département des Ouvrages d'Art procédait à un nouveau relevé du profil pour comparaison ou si un seul sens était suffisant ?.

Sur la première vue, vous remarquerez une automotrice CMN à voie métrique (Chemin de fer des Montagnes Neuchâteloises) de la ligne de 17 km qui relie la Chaux-de-Fonds aux Ponts-de-Martel".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire