Découvrez les vitrines de Noël LR PRESSE

lundi 12 septembre 2016

Les BB 20100 et le modélisme

c/JP Lescat

Dans Ferrovissime n°83, actuellement en kiosque, les quatre prototypes bi-fréquence BB 20101 à 104 sont à l'honneur en rubrique Stars du rail - une distinction que ces machines méritent bien : les 20103 et 4 alors immatriculées 30003 et 4, ont été les premières machines de ligne équipées de redresseurs sec au silicium dès 1959. En mai 1961, la 20103 a atteint 190 km/h en plaine d'Alsace tandis que la 20104 démarrait un train de 2733 t en rampe de 10, battant le record détenu précédemment par la BB 12006.

On peut s'étonner que l'industrie modéliste ait ignoré ces locomotives engagées sur les échanges frontaliers France-Allemagne et France-Suisse. En fait, la firme française SMCF avait réalisé, vers 1960, une reproduction H0 en zamac de  BB 30000 (leur première immatriculation). Monté sur les bogies de la BB 12000 de la même marque, le modèle était quasiment à la bonne longueur mais ses faces frontales étaient trop plates et ses feux de signalisation (fonctionnels) trop gros. Produites à peu d'exemplaires, la BB 30000 a survécu à la fermeture de SMCF : dix ans plus tard, vers 1970, le détaillant parisien Clarel la vendait sous la forme d'une caisse nue à monter sur un châssis de BB 9200 ou 16000. 

Ceci dit, il est étonnant que la firme Roco, lorsqu'elle s'est lancée dans la reproduction des machines Jacquemin (9200, 9300, 25100, 16000...), n'ait pas retenu les BB 20101 et 2, dont la caisse et les bogies étaient proches de ceux des 16000, pour satisfaire à la fois sa clientèle française et celle d'Allemagne. Mais il est vrai que, à l'exception de la fameuse 181.2 de la DB, les machines bi-fréquence allemandes n'ont pas eu non plus les honneurs du catalogue de la firme autrichienne. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire