lundi 16 mars 2020

Bol d'air sur le Train Jaune avant confinement


Et dire qu'on n'a pas attendu la fin des vacances scolaires de février 2020 pour arrêter l'exploitation du Train Jaune pour cause de travaux. Un long "blanc travaux" sur l'ensemble de la ligne traversant un plateau d'altitude alors très fréquenté par les skieurs (stations de Font-Romeu, Pyrénées 2000, Les Angles... avec de la neige sur les pistes et seulement sur les pistes) et les randonneurs.


Aujourd'hui, le Train Jaune, qui parcourt la ligne en demi-tour, est fréquenté essentiellement par les promeneurs. Font-Romeu (ci-dessus) et Mont-Louis (photo du début du post) sont des points de rendez-vous appréciés, tout comme Saillagouse. 



Mais en février 2020, s'est produit un effondrement de la chaussée de la route nationale 116 entre Mont-Louis et Prades, bloquant toute circulation automobile et les autocars, en obligeant à un détour qui n'est pas mince : 150 km. Cette fois, la voie ferrée aurait pu jouer son rôle de desserte si...  la voie métrique n'avait pas fermé prématurément pour travaux, la section Perpignan/ Villefranche étant elle aussi fermée pour la même raison !






Avant la fermeture pour travaux, le programme des dessertes, durant les vacances d'hiver, était le suivant: 
• un aller-retour en matériel historique Villefranche/ Latour ;



• un aller-retour en matériel moderne Staedler Villefranche/ Latour ;



• un aller-retour l'après midi Villefranche/ Font-Romeu, très apprécié par les promeneurs. 



Le matériel utilisé comprend donc les deux automotrices Staedler Z 150 systématiquement accouplées en UM .



Les Z 100, matériel plus que centenaire et donc, le plus ancien du parc de la SNCF. Ici, sur une Z100, l'ASCT siffle le départ à Font-Romeu. 



Et n'oublions pas le chasse-neige, stationné à Mont-Louis pour intervenir sur la partie haute de la ligne.



Les emprises du Train Jaune accueillant les clients sont tenues dans un excellent état de propreté.  Et le personnel accompagnant les trains comme les agents des gares tiennent remarquablement leurs rôles d'"encadrants de promeneurs" en expliquant, conseillant, rassurant, bien en phase avec le rôle actuel principal du Train Jaune.


Mais le Train Jaune, ce n'est pas seulement un matériel roulant exceptionnel. C'est aussi l'occasion d'observer des installations disparues ailleurs. Comme cette plaque tournante à wagons  (ici à Font-Romeu, mais il en existe une aussi à Saillagouse).


Ou cette horloge ancienne Paul Garnier. 



Ou cette brouette de gare "marie".




Ou encore un vrai guichet pour la vente des billets.



Réutilisation judicieuse d'installations anciennes, dans certains points d'arrêts non gérés dont le BV est fermé au public (mais conservé en bon état), l'ancien local des toilettes a été restauré sous la forme d'abris voyageurs. Ici, à Saillagouse. 


Aujourd'hui, il n'y a pas que les ferroviphiles qui photographient le Train Jaune. Tout le monde s'y est mis... et pas qu'un peu !! Bref, le Train Jaune est devenu une vraie vedette. 

Texte et photos : Jehan-Hubert Lavie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire