vendredi 29 novembre 2019

AU KENYA, LE CHEMIN DE FER MODERNE EST CHINOIS

Le train Nairobi/ Monbasa au Kenya - photo: François DURIVAULT
La Revue Générale des Chemins de Fer vient de consacrer un numéro spécial de 224 pages à Al Boraq ("cheval ailé" en langue arabe), nom du nouveau train à grande vitesse marocain dont la LGV relie Tanger à Kénitra.
Les rames TGV à deux niveaux ne laissent aucun doute sur leur filiation française, et l'étroite collaboration entre les chemins de fer français et marocains remonte au temps de la vapeur et des premières caténaires.
Mais si le Maroc est à la pointe du progrès ferroviaire en Afrique, d'autres pays connaissent aussi un modernisation salutaire. Par exemple, le Kenya, avec le nouveau chemin de fer Standard Gauge Railway (SGR).

Cette série de diesel construite en Chine remorque les Madaraka - photo: François DURIVAULT


Depuis le 31 mai 2017, une ligne à voie normale, construite sous l'égide de l'industrie ferroviaire chinoise, relie Nairobi - capitale du Kenya - à Mombasa - grande ville établie au bord de l'Océan Indien.
Des trains rapides, désignés "Madaraka Express", relient les deux villes distantes de 480 km, en 4h30 en atteignant la vitesse maximale de 120 km/h. Un net progrès par rapport à l'ancienne voie étroite coloniale qui demandait un voyage de 15 heures...

Les compositions emmènent 1200 voyageurs - photo: François DURIVAULT


Remorqués par de nouvelles locomotives diesel chinoises, les "Madaraka Express" sont composés d'une dizaine de voitures encadrées par deux fourgons de service, la rame offrant 1200 places assises.
Informations sur le voyage sur http://krc.co.ke.
Attention : avant d'entreprendre un voyage au Kenya, il faut prendre connaissance des consignes de sécurité propres aux grandes villes du pays sur

www.fco.gov.uk .


Texte: Jehan-Hubert Lavie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire